02/12/2008

C'est l'escalade

Je viens de recevoir l'avis suivant par mail :

Chers Amis, chers membres du Forum Docteur Angélique,

nous souhaiterions vous faire connaître cette pétition au Saint-Père pour le nouveau dogme marial

Statut de la pétition

À : Saint-Père Benedictus XVI

Cinq Cardinaux ont envoyé une lettre aux cardinaux de tout le monde en les invitant à s'unir tous pour demander à Benoît XVI de déclarer un cinquième dogme marial qu'"il proclamerait la crue vérité chrétienne sur Marie."


En 1951 la Vierge, en parlant à Ida Peerdeman la Voyante des Apparitions
d'Amsterdam, (approuvées par l'Évêque de Haarlem/Amsterdam le 31 mai 2002.), a demandé que l'Église proclame le cinquième et dernier Dogme Marial qui la reconnaisse comme CORÉDEMPTRICE, MÉDIATRICE ET AVOCATE

Quand le dogme sera proclamé, la Dame de tous les Peuples donnera au monde la
paix, la vraie paix. Tous les chrétiens du monde sont invités à soutenir avec le témoignage, la prière et la signature le Sa int-Père et tous les cardinaux du monde appelés à se décider sur le nouveau dogme.

Signez...

et puis suit une adresse e-mail et une autre adresse.

Ma réponse, je la donne sur mon blog. Je trouve que c'est vraiment l'escalade. Marie l'humble  servante de Nazareth transformée presque en concurrente du Christ. Paul VI avait déjà émis cette idée sans en faire un dogme. Nous sommes loin de l'enseignement de l'apôtre Paul disant à son disciple Timothée : "Il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes : Jésus-Christ, homme"

Après la médiatrice...la co-rédemptrice : Pauvre Marie, on a fait de toi ce que tu n'aurais certainement jamais voulu être

11:26 Écrit par JMG dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/10/2008

Invitation à une conférence

                                                Conférence

 

 

                          John Wesley

                 Réformateur et Revivaliste

                   Au Temple de Jolimont

                              Rue Aubry

 

                    Dimanche 26 octobre 2008

                                À 16 heures

                       Par le pasteur J-M Geron

 

 

 

 

 

 

 

Editeur responsable :

J-M Geron

r.Jean Schyns 42 La Louvière

 

 

 

    Exempt de timbre

11:56 Écrit par JMG dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/09/2008

J'ai perdu un ami

DSCI0011Ce dimanche 14 septembre 2008, à une heure du matin, mon ami Jean Vandenberg, s'est endormi du sommeil de la mort, après une longue et pénible maladie. Nous étions amis depuis 35 ans. Nous partagions ensemble bien des idéaux. Nous avons vécu des moments extraordinaires. Un petit article n'est pas suffisant pour raconter tout. A ses funérailles, le temple de Jolimont était plein à craquer. Il y avait suivant les différentes estimations plus de 200 personnes. Ils sont venus de tous les coins du pays pour lui rendre un dernier hommage et surtout, pour entendre le message de la foi en la résurrection. Les pleurs de la séparation étaient tout à fait légitimes, comme l'a rappelé le président de la Fédération Belgo-Luxembourgeoise des églises adventistes, le pasteur Ngoy Kiala. Nous avons eu, le fils aîné du défunt, Jonathan, ainsi que quelques uns de ses amis l'occasion d'apporter notre témoignage d'amitié. C'était également un pasteur proche de ceux qui se sont confiés à son ministère. Nous sommes ensuite allés au Crématoire de Gilly, j'ai eu l'occasion de prononcer les dernières paroles pour rappeler notre confiance en Dieu et en Jésus-Christ, qui est la résurrection et la vie. Vers 18 h 30, nous sommes retournés dans les locaux derrière le temple de Jolimont pour passer les derniers instants de cette journée avec la famille. Les membres de la communauté de Jolimont se souviendront particulièrement de lui ; puisque lorsque j'étais absent, il venait souvent me remplacer

12:13 Écrit par JMG dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/06/2008

Hommes égaux devant Dieu parce que tous issus d'un seul sang

On raconte une histoire tres amusante et tres revelatrice a propos d'un groupe de Blancs qui en avaient marre des Noirs. Ces Blancs avaient decide, d'un commun accord, de s'evader vers un monde meilleur. Ils etaient donc passes par un tunnel tres sombre pour ressortir dans une sorte de zone nebuleuse au coeur d'une Amerique sans Noirs, ou toute trace de leur passage avait disparue. Au debut, ces Blancs pousserent un soupir de soulagement.

Enfin, se dirent-ils, finis les crimes, la drogue, la violence et le bien-etre social. Tous les Noirs ont disparu. Mais soudainement, ils furent confrontes a une toute autre realite, la nouvelle Amerique n'etait plus qu'une grande terre aride et sterile. Les bonnes recoltes etaient rares car le pays s'etait jusque la nourri grace au travail des esclaves noirs dans les champs. Il n'y avait pas de villes avec d'immenses gratte-ciel, car Alexander Mills, un Noir, avait invente l'ascenseur et, sans cette invention, on trouvait trop difficile de se rendre aux etages superieurs.

Il n'y avait pratiquement pas d'automobiles, car c'etait Richard Spikes, un Noir, qui avait invente la transmission automatique. Joseph Gammel, un autre Noir, avait invente le systeme de suralimentation pour les moteurs a combustion interne, et Garret A.Morgan, les feux de circulation.

En outre, on ne trouvait plus de reseau urbain express, car son precurseur, le tramway, avait ete invente par un autre Noir, Elbert R. Robinson. Meme s'il y avait des rues ou pouvaient circuler automobiles et autres rames ferroviaires express, elles etaient jonchees de papier et dechets, car Charles Brooks, un Noir, avait invente la balayeuse motorisee.

Il y avait tres peu de magasines et de livres car John Love avait invente le taille-crayon, William Purvis, la plume a reservoir, et Lee Burridge, la machine a ecrire, sans compter W.A. Lovette avec sa nouvelle presse a imprimer. Vous l'avez devine ? Ils etaient tous des Noirs.

Meme si les Americains avaient pu ecrire des lettres, des articles et des livres, ils n'auraient pu les livrer par la poste, car William Barry avait invente le tampon manuel et Phillip Downing, la boite aux lettres. Le gazon etait jaunatre et sec, car Joseph Smith avait invente l'arrosoir mecanique, et John Burr, la tondeuse a gazon. Lorsque les blancs entrerent dans leurs maisons, ils trouverent que celles-ci etaient sombres, pas etonnant, Lewis Latimer avait invente la lampe electrique, Michael Harvey, la lanterne,Grantville T. Woods, l'interrupteur-regulateur automatique. Enfin leurs maisons etaient sales car Thomas W.Steward qui avait invente la vadrouille (balai), et Lloyds P.Ray, le porte-poussiere.

Leurs enfants les accueillirent a la porte pieds nus, debrailles et les cheveux en broussaille, a quoi fallait-il s'attendre ? Jan E. Matzelinger avait invente la machine a formes de chaussures, Walter Sammons, le peigne, Sarah Boone, la planche a repasser, et George T.Samon, la secheuse a linge.

Les Blancs se resignerent finalement a prendre une bouchee, dans tout ce chambardement, mais pas de chance, la nourriture etait devenue pourrie car c'etait un autre Noir, John Standard, qui avait invente le refrigerateur.

N'est-ce pas etonnant? Que serait le monde moderne sans contribution des Noirs?

Martin Luther King Jr. a dit un jour " Quand vous etes prets a partir pour le travail, sachez que la moitie de toutes les choses et de tous les appareils dont vous vous etes servis avant de quitter votre maison a ete inventee par des Noirs.

Tout ca pour vous dire chers freres et soeurs que l'histoire des Noirs ne se resume pas seulement a l'esclavage quand nous pensons a Frederik Douglass, Martin Luther King Jr, Malcolm X, Marcus Garvey et Du Bois.

Bonne reflexion !!

13:20 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/06/2008

Résumé de la Conférence du 8 juin 2008

L’ Evangile et la Santé

Résumé de la conférence du 8 juin 2008

Introduction

Depuis quelques années l’Eglise Protestante Unie de Belgique a constitué des partenariats avec différentes dénominations dont l’Armée du Salut, les Baptistes et l’Eglise Adventiste. Il m’a paru bon, en tant que pasteur, au service de l’E.P.U.B., mais issu des milieux adventistes d’abordé ce sujet qui tient particulièrement à cœur à ces derniers, sujet sur lequel je réaffirme  mes convictions

      Dans les milieux juifs on parle de cacheroute. Je veux cependant faire remarquer que la plupart des penseurs du judaïsme, à l’exception de Maïmonide, verront dans ces enseignements un caractère obligatoire dont Dieu n’a pas à donner d’explication aux hommes. Ainsi le rabbin,Henri Kahn affirme que, justifier l’interdiction de consommer du porc par souci d’hygiène ou accepter le chabbathen tant que mesure sociale équivaut à vider la Loi de toute transcendance.

Je laisse aux rabbins leur responsabilité devant de telles affirmations.

 Chez les musulmans on parle de Hallal ; mais certains musulmans font la relation entre ces lois religieuses avec la santé.

Les Adventistes parlent plutôt de Réforme Sanitaire L’une d’entre eux E.G. White écrivait :

Pour réussir, une réforme doit avoir comme point de départ la perception nette d’une vérité fondamentale.

                         

3 Jean 2      prospérer à tous égards

 

I Thessaloniciens 5 : 23 L’être tout entier                                                              Maxi Thurian dit : Les mots « corps, âme, esprit » n’indiquent pas des sections de l’être mais des situations de l’existence.

 

 Hans Urs von Balthasar : Car Dieu veut, certes, avoir en sa présence l’homme tout entier. Il veut la réponse de tout l’homme à sa parole. Tout l’homme, c-à-d l’homme non seulement avec la raison (qu’il devrait sacrifier à une vérité non évidente), mais immédiatement aussi avec sa volonté ; non seulement avec son âme, mais aussi de la même manière avec son corps.

                                            

I Corinthiens 3 : 16, 17 Notre corps, le Temple de Dieu  E.Baudraz : Chaque croyant peut être appelé un temple où Dieu habite par son Esprit, mais plus souvent c’est la communauté des croyants qui est le temple de Dieu. Profaner ce temple, lieu sacré, était le crime le plus grave, puni de mort chez les juifs comme chez les païens. Dieu ne sera pas moins sévère à l’égard de ceux qui font du mal à son œuvre, qui ruinent l’Eglise.

 

I Corinthiens 10 : 23  Tout est permis, mais tout n’est pas utile                         Jean Calvin : Dieu les a consacrés pour lui être un temple, il les a en même temps commis et ordonnés gardiens de son temple. C’est donc sacrilège quand ils s’adonnent et s’assujettisent aux hommes. Un lieu immonde ne peut être le domicile de Dieu.

 

Luc 21 : 34 pas d’excès dans le manger et le boire                                                            Esaïe L’anachorète : Maîtrise donc ton cœur en surveillant tes esns, et si ta mémoire est en paix en toi, tu capteras les voleurs qui la dérobent, car celui qui examine rigoureusement ses pensées reconnaît celles qui veulent entrer en lui pour la souiller

L Marchal : Trois obstacles sont indiqués ici, qui pourraient empêcher les disciples d’être dans les dispositions voulues, quand viendra le jour du Seigneur : ce sont les excès de table, l’ivrognerie, vices qui étaient poussés à leur extrême limite dans l’antiquité païenne, et les préoccupations de la vie qui empêchent de s’occuper comme il convient des choses spirituelles. La recommandation de se garder de tout cela ne s’adresse pas aux seuls disciples immédiats de Jésus ; mais à tous ceux qui, dans la suite, croiront en sa parole, et pourraient se laisser entraîner à ces vices ou se laisser absorber par les soucis des affaires temporelles

 

Genèse 1 : 29     Fruits et Céréales

  André Wénin : Dieu donne à l’être humain une nourriture végétale (herbes à semences et arbre fruitiers). Selon P. Beauchamp, ceci constitue « la racine cachée d’une loi », l’indication d’un pouvoir-être pour l’être humain. En effet, venant immédiatement après le devoir de maîtrise sur les animaux, l’attribution par Dieu d’un menu végétarien suggère qu’il est possible pour l’humain de maîtriser l’animal sans lui faire violence, sans le tuer. Emerge ainsi l’image d’un être humain qui domine sa force et lui impose une limite. Une telle maîtrise est douceur et fait place à la vie de l’autre. Mais ce qui est important dans le végétarisme, c’est essentiellement sa valeur de signe. Signe d’un relation harmonieuse et pacifiée avec la nature, certes. Mais surtout signe de la relation entre humains. Ce qui se profile derrière la douceur de l’homme envers l’animal, c’est l’idéal d’une société pacifiée, d’un vivre-ensemble dans la douceur, d’une humanité où place est faite à l’altérité, à la différence, et qui renonce à l’illusion de la toute-puissance pour être capable d’alliance.

                                                               

 Paul Beauchamp.s.j. : L’homme domina l’animal mais l’un et l’autre sont soumis à une diète végétarienne. Quel laconisme pour dire finalement que l’homme ne tuera pas ! Et que l’aniaml lui-même ne tuera pas….

 

Mais après la chute…

 

Genèse 3 : 18      L’herbe des champs

 Jean Calvin : Toutes les misères de la vie présente sont procédées d’une même source. Les intempéries de l’air, la gelée, les tonnerres, les pluies hors de saison, les sécheresses, brûlures, grêles, et tout ce qui est en désordre en ce monde sont les fruits du péché. Il n’y a point d’autre cause première des maladies

 

Genèse 9 : 3               Tout ce qui se meut                                                                      Les rabbins disent que si la mort existe pour l’homme, elle existe aussi pour l’animal. Le péché d’Adam a condamné à mort non seulement l’homme, mais aussi tout le genre animal. Et puisque l’animal doit mourir, autant que sa mort serve à quelque chose, et plus précisément, au plaisir de l’homme. Car la tradition rabbinique place délibérément la consommation de la viande sous le signe du plaisir et même du désir. On parle dans le Talmud de « l’autorisation de la viande de désir qui fut consentie à Noé »

 E.G. White affirme : Dieu leur permit alors de se nourrir de viande en vue de raccourcir leur existence de pécheurs.

 

Lévitique 11 : 3-8, 9-10 , 13-19, 20-22  Les animaux purs

     Irénée de Lyon pour tenter d’échapper à une ordonnance qui semble claire va se lancer dans une série d’interprétations allégoriques d’un antisémitisme qui ira en s’aggravant au cours des siècles, en voyant dans les juifs et leur comportement…les animaux impurs.

Concluant son discours, il ira jusqu’à dire que : Les juifs ont embrassé la façon de vivre des porcs et des chiens, se livrant à l’impureté, à la gloutonnerie et toutes les autres formes de l’insouciance.

                

En prend souvent l’exemple de Actes 10 où est décrite la vision de la nappe avec des animaux de toutes sortes pour justifier le fait de ne plus observer les restrictions contenues dans le Lévitique ; mais il serait bon de relire comment Pierre lui-même interpréta cette vision :

Actes 10 : 28  Dieu m’a appris à ne regarder aucun homme comme souillé et impur

 

Exode 23 : 25                     Dieu éloigne la maladie

 

Proverbes 23 : 29-35   Non à l’ivrognerie

 

Habakuk   2 : 15     Ne pas faire boire son prochain

Lévitique 10 : 8-11              distinguer et enseigner

 

Deutéronome 29 : 17-20      pas de poison, pas d’absinthe 

 

Exode 20 : 13         Tu ne tueras pas

 

Proverbes 17 : 22             Le moral est nécessaire

 

Galates 5 : 21-23              Face au fruit de l’Esprit

 

 

Proverbes 9 : 11              Dieu multiplie nos années

 

 

 

I Corinthiens 10 : 31          Tout pour la gloire de Dieu                                                                 Jean Chrysostome : Mais comment dit-il qu’il soit possible de manger et de boire à la gloire de Dieu ? Lorsque tu es assis à table et que tu rends grâces au Donateur ; lorsque tu sais reconnaître le Dispensateur et que tu ne tiens aucune conversation terrestre ; lorsque après avoir satisfait avec une grande tempérance au besoin du corps et évité tout excès et toute voracité, tu te lèves et rends grâce à Celui qui nous a donné la nourriture pour notre subsistance, alors tu as accompli toutes choses à la gloire de Dieu.

 Thérèse d’Avila : Si je pouvais contribuer à ce qu’une seule âme l’aime et le loue mieux par mon intercession, ne serait-ce que pour peu de temps, cela me semblerait plus important que d’être au ciel.

 

 

 

13:00 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/06/2008

Conférence

          La Bible et la santé

                   Par le pasteur J-M Geron

 

                                            Au Temple Protestant

                                   rue Aubry à Jolimont

 

                            Dimanche 8 juin à 16 heures

                                 

 

 

              

09:51 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/02/2008

La renaissance de l'hébreu

Eliézer Ben Yehuda

 

Eliezer ben Yehuda (1858-1922)
C’est à Eliezer ben Yehuda, amoureux de la langue
hébraïque, lexicographe hors du commun et
créateur de mots que l’on doit la naissance de
l’hébreu moderne.
Si en 1916, 40% de la population juive de Palestine
déclare l’hébreu comme étant sa première langue,
dès 1948 elle redevient la langue d’un Etat juif
souverain.
Les années de formation
Eliezer Perlman, dit ben Yehuda est né en Lituanie en 1858, à Luzhky. Dans son enfance, il reçoit, au
heder, l’enseignement traditionnel des Juifs d’Europe de l’Est. Après un séjour à la yeshiva, il apprend
le russe et le français et se rend à Paris pour y entreprendre des études de médecine. Durant cette
période, il lit de nombreux ouvrages en hébreu et rédige des articles dans cette langue. Il adopte alors
le nom de ben Yehuda.
Yehuda missionnaire de l’hébreu
En 1881, Eliezer ben Yehuda décide de monter en Eretz Israël avec Dvora Yonas qu’il épouse. Installé
à Jérusalem, il travaille, d’abord, au journal Ha'havatseleth (« Le lis »).
En 1884, il fonde le journal Hatsvi ("Le cerf"), où il exhorte les Juifs à ne parler qu'en hébreu, avec la
prononciation sépharade. Au coeur du journal, une rubrique spécifique est consacrée aux nouveaux
mots qu'il invente pour enrichir la langue hébraïque moderne. A l’école de l’Alliance Israélite Universelle
où il est professeur, il enseigne toutes les matières en hébreu, malgré l’absence de manuels scolaires.
Sa maison devient le centre du Comité de la Langue hébraïque fondée en 1904. Dès la naissance de
son fils, il ne lui parle que l’hébreu, ce qui fait de l’enfant le premier enfant des Temps modernes à avoir
l’hébreu pour langue maternelle
Malade, il sent que ses jours sont compté, et commence à rassembler, à partir du patrimoine littéraire,
des mots et des expressions hébraïques dans le but de les actualiser et de composer un dictionnaire
d’hébreu moderne ; il se rend en Europe dans les grandes bibliothèques universitaires pour y étudier
les livres et les manuscrits en langue ancienne. Le premier volume de son dictionnaire est publié en
1909.
Eliezer ben Yehuda constate, de son vivant, la progression de l’hébreu parlé et voit l'Administration
mandataire britannique reconnaître la langue hébraïque comme langue officielle en Palestine.
Ben Yehuda meurt en 1922. Des milliers de personnes assistent à son enterrement, et trois jours de
deuil sont décrétés dans le pays.
Sources: Department for Jewish Zionist Education et Esther Benbassa, Dictionnaire de civilisation juive, Larousse-Bordas,
1997.

11:27 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |