05/02/2006

Une courte méditation de Dietrich Bonhoeffer

Etre en bénédiction là où nous sommes !

Dieu ne rend pas le mal pour le mal, ni le même pour le même.

Le juste ne doit pas non plus le faire.

Non pas condamner, non pas réprimander, mais bénir.

Le monde n'aurait rien à espérer s'il n'en allait pas ainsi.

Si le monde vit, s'il a un avenir, c'est par la bénédiction de Dieu et des justes.

Bénir signifie : poser la main sur quelque chose et dire : tu appartiens à Dieu en dépit de tout !

C'est bien ce que nous faisons avec un monde qui, pourtant, nous inflige une telle souffrance.

Nous ne l'abandonnons pas, nous ne le rejetons pas, nous ne le méprisons ni ne le condamnons, nous l'appelons à (se tourner vers) Dieu, nous lui offrons l'espérance,

nous posons la main sur lui en lui disant : que la bénédiction de Dieu vienne sur toi,

qu'elle te renouvelle; sois béni, toi monde créé par Dieu,

toi qui appartiens à Ton Créateur et Sauveur.

Nous avons reçu la bénédiction de Dieu dans le bonheur et dans le malheur.

Alors, celui qui a été lui-même béni ne peut plus faire autrement que communiquer cette bénédiction; il doit être une bénédiction là où il est.

Dietrich Bonhoeffer, commentaire de  1 Pierre 3/9

Né à Breslau le 4 février 1908, pasteur luthérien et théologien.

Il a été pendu le 9avril 1945 au camp de Flossenburg sur ordre personnel d'Hitler

09:18 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.