26/03/2006

 Un verset biblique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II rois 4 : 8

Un jour Elisée passait par Sunem. Il y avait là une femme de distinction, qui le pressa d'accepter à manger. Et toutes les fois qu'il passait, il se rendait chez elle pour manger.

 

Cela s'appelle exercer l'hospitalité. C'est un mot qui ne plaît plus guère aujourd'hui. On entend souvent la réflexion : "Vous savez avec tout ce qui se passe..." Et on n'achève pas la phrase. On se donne l'excuse de faits divers malheureux, pour en faire une généralité et refuser un des commandements impérieux de l'Ecriture. L'Epître aux Hébreux en fait un commandement, prenant l'exemple d'Abraham, qui sans le savoir avait hébergé des anges. L'histoire de la sunamite à quelques points commun avec l'histoire d'Abraham. L'hospitalité débouche sur une naissance inattendue. Mais lorsque l'enfant fut grand, une épreuve semblable se produit : Abraham accepte de sacrifier son fils à ce qu'il croit un ordre de Dieu ; le fils de la sunamite meurt. Dieu épargne Isaac en le substituant par un bélier. Le fils de la sunamite est ressuscité par l'intermédiaire du prophète. Hospitalité serait-il à la fois synonyme de bénédiction et d'épreuve ? Peut-être. Mais le refus d'exercer l'hospitalité est considéré dans la tradition juive comme le plus grand péché des villes de Sodome et Gomorrhe, dont découlent tous les autres péchés. Nous avons vraiment à revoir notre copie

12:59 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.