13/04/2006

Un verset biblique

 

Marc 14 : 3

Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, une femme entra pendant qu’il se trouvait à table. Elle tenait un vase d’albâtre, qui renfermait un parfum de nard pur de grand prix ; et, ayant rompu le vase, elle répandit le parfum sur la tête de Jésus

Certaines personnes ont parfois un comportement qui peut paraître excessif à d’autres. C’est le cas de cette femme. Les disciples réagiront surtout à cause du prix du parfum. Mais même cette façon de renverser le parfum sur la tête. Bien sûr, nous sommes en Orient et la façon d’exprimer les choses n’est pas toujours aussi réservée que la nôtre. Nous sommes souvent trop réservés dans nos attitudes ; notre réserve parce parfois par de l’ambiguïté. Mais nous sommes tellement coincé par le « qu’en dira-t-on » que nous préférons garder notre réserve.

Nous ne connaissons pas les motivations profondes de cette femme ; même si Jésus en tire un enseignement pour ses disciples offusqués. Elle a prévu déjà son ensevelissement. Alors aussi qu’il semblerait que Simon le lépreux n’a pas respecté tous les usages de l’hospitalité en vigueur à l’époque. Cette femme va au-delà du minimum requis. Quelle leçon pour notre époque, où la peur de nous faire traiter de fanatique fait de nous des chrétiens minimalistes à l’extrême

08:27 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.