14/04/2006

A l'occasion de vendredi "saint"

un texte de Khalil Gibran, poète, écrivain, peintre libanais

 

 

Tous les ans en ce même jour, l’humanité se réveille en sursaut de son profond sommeil. Elle se dresse devant les fantômes des générations pour regarder, les yeux noyés de larmes, vers le mont Calvaire, se remémorant le Nazaréen qui y fut crucifié…Depuis dix-neuf siècles, les humains adorent la faiblesse en la personne de Jésus alors que Jésus était puissant, mais ils ne comprennent pas le sens de sa véritable puissance. Jésus n’a pas vécu dans la pauvreté et dans la peur, et il n’est pas mort en souffrant et en se plaignant. Mais il a vécu en insurgé, il a été crucifié en rebelle et il est mort en géant… Jésus n’est pas venu du ciel pour faire de la souffrance un symbole de la vie, mais plutôt pour faire de la vie un symbole de vérité et de liberté… Il est venu nous insuffler un esprit aussi fort que nouveau, capable de saper les fondations de tous les trônes plantés sur les ossements des hommes ; il est venu détruire les palais érigés sur les tombeaux des faibles et raser les idoles dressées sur les corps des miséreux…Ô Sublime crucifié…, pardonne à ces faibles qui te pleurent en ce jour car ils ne savent pas comment se lamenter sur leur propre sort. Pardonne-leur car ils ne savent pas que tu as triomphé de la mort par la mort et que tu as accordé la vie à ceux qui gisent dans les tombes !

17:49 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.