02/11/2006

A méditer

Moïse par Michel-Ange. Notez la présence de cornes sur son front, expliquée par l'ambiguïté du terme hébreu qaran d'Ex.34.29, traduit littéralement par « corne » plutôt que par « émettant de la lumière » comme le suggère le contexte.

 

Exode 2 : 15

Pharaon appris ce qui s'était passé, et il cherchait à faire mourir Moïse. Mais Moïse s'enfuit de devant Pharaon, et il se retira dans le pays de Madian, où il s'arrêta près d'un puits

Moïse : un homme tiraillé entre deux cultures. Fils d'Hébreux, élevé à la cour de Pharaon, s'est trouvé à l'heure du choix. Il est vrai que le choix fut brutal et la réaction de moïse tout autant ; puisqu'il tua un égyptien qui maltraitait un homme de sa race. Mais le prix à payer pour pouvoir vivre, s'est de se sauver dans une terre étrangère. Moïse aurait pu croire que sa dernière heure avait sonné. Comment allait-il être reçu dans un pays étranger ? Allait-il devenir un paria. La suite de l'histoire nous montre que c'est là dans cette terre d'exil qu'il fera la connaissance du Dieu de ses ancêtres et qu'il lui fera confiance pour sauver son peuple, pour le faire sortir de la maison de servitude. Combien de fois ne croyons-nous pas que tout est foutu et Dieu nous envoie en terre étrangère, sur un terrain pour nous inconnu et il nous fait suivre la voie qui nous amène à la délivrance ; il nous fait marcher sur un chemin meilleur que celui sur lequel nous étions au paravant. Il nous fait faire connaissance avec lui. Nous découvrons comme Moïse le Dieu vivant.

08:45 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.