29/11/2006

A méditer

colombe_noe
 

Jérémie 7 : 32

 

C’est pourquoi voici, les jours viennent, dit l’Eternel, où l’on ne dira plus Topheth ni la vallée de Ben Hinnom, mais où l’on dira la vallée du carnage ; et l’on enterrera les morts à Topheth à défaut de place

 

Ce texte n’est pas un texte très réjouissant ; les prophètes, et en particulier le prophète Jérémie, se sont taillés auprès du commun des mortelles une solide réputation de défaitistes. Mais sont-ils défaitistes ou réalistes ? Le monde dans lequel nous vivons semble parfois décrit dans ce seul verset. Nous ne pouvons, à la suite du prophète, que constater l’horreur qui nous entoure. Le bilan des guerres de ses dernières décennies, pour ne pas dire du siècle qui nous a précédés n’est-il pas là pour nous conduire vers un tel défaitisme. Mais, et c’est là où nous ferions bien de relire les prophètes, c’est que devant le constat de l’échec humain, ils ouvrent toujours une porte d’espérance, qu’ils ouvrent toute grande pour nous conduire vers Celui qui est le sujet de notre espérance, pour nous introduire dans un monde nouveau où toutes ses horreurs disparaîtront à jamais ; vers un monde où le mot PAIX aura une pleine signification

09:10 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.