10/09/2007

Une nouvelle année dans l'église

La rentrée scolaire était l’événement majeur de ces derniers jours. Et qui dit « rentrée scolaire », pense immédiatement à toute l’angoisse que cela peut-être pour les petits qui rentrent pour la première fois à la « grande école ». Angoisse très souvent provoquée par celle des parents. D’autres rentrent à l’école avec cette soif d’apprendre, de découvrir quelque chose de nouveau… En un mot, ils désirent s’instruire.

Je ne peux m’empêcher de penser à ce qu’est la vie chrétienne : une école d’apprentissage continuel. Sous la direction d’un enseignement et pédagogue parfait. Mais comme le jeune écolier qui se pose la question de savoir à quoi lui servira toute cette connaissance ; le chrétien à l’école du Christ est souvent comparable. On trouve toutes sortes de chrétiens comme on trouve toutes sortes d’écolier.

Il y a parmi les élèves, certains, qui lorsque le maître d’école dit quelque chose, disent toujours : »Oui, Monsieur, je sais… j’ai déjà vu, j’ai déjà entendu (de plus en plus rarement, j’ai déjà lu). Mais, lorsque l’instituteur poursuit son explication, ils se rendent compte qu’ils ne savent rien ou bien de « l’à-peu-près ».

Parmi les chrétiens, il y en a qui pensent qu’ils savent tout et que le Christ n’a plus rien à leur apprendre. Un peu comme cette petite fille cévenole qui disait à un vieux pasteur : « Monsieur le pasteur, j’ai terminé mon instruction religieuse » Et à qui le pasteur (un peu ironique) répondait : « tu en as bien de la chance ».

Rentrée scolaire. Nouveau départ pour certaines activités d’église. Que ce soit le culte ou l’étude biblique. Le Christ nous y invite, il veut nous apprendre quelque chose. Mais à la différence de l’école cela n’a jamais rien d’ »obligatoire ». C’est une invitation qui nous est faite. Le début d’une année scolaire, c’est souvent l’occasion de prendre de bonnes résolutions. Ce qui est vrai pour les élèves l’est aussi pour les chrétiens ; nous pourrions aussi prendre de bonnes résolutions pour faire de cette année, une année où nous serions plus à l’écoute du Maître. Il n’y aura pas de prise de présence, comme à l’école, mais une invitation de Celui qui a tant aimé le monde nous suffira.

 

                                                                            Jean-Marie Geron

à brème [%P]

13:24 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.