27/02/2008

La renaissance de l'hébreu

Eliézer Ben Yehuda

 

Eliezer ben Yehuda (1858-1922)
C’est à Eliezer ben Yehuda, amoureux de la langue
hébraïque, lexicographe hors du commun et
créateur de mots que l’on doit la naissance de
l’hébreu moderne.
Si en 1916, 40% de la population juive de Palestine
déclare l’hébreu comme étant sa première langue,
dès 1948 elle redevient la langue d’un Etat juif
souverain.
Les années de formation
Eliezer Perlman, dit ben Yehuda est né en Lituanie en 1858, à Luzhky. Dans son enfance, il reçoit, au
heder, l’enseignement traditionnel des Juifs d’Europe de l’Est. Après un séjour à la yeshiva, il apprend
le russe et le français et se rend à Paris pour y entreprendre des études de médecine. Durant cette
période, il lit de nombreux ouvrages en hébreu et rédige des articles dans cette langue. Il adopte alors
le nom de ben Yehuda.
Yehuda missionnaire de l’hébreu
En 1881, Eliezer ben Yehuda décide de monter en Eretz Israël avec Dvora Yonas qu’il épouse. Installé
à Jérusalem, il travaille, d’abord, au journal Ha'havatseleth (« Le lis »).
En 1884, il fonde le journal Hatsvi ("Le cerf"), où il exhorte les Juifs à ne parler qu'en hébreu, avec la
prononciation sépharade. Au coeur du journal, une rubrique spécifique est consacrée aux nouveaux
mots qu'il invente pour enrichir la langue hébraïque moderne. A l’école de l’Alliance Israélite Universelle
où il est professeur, il enseigne toutes les matières en hébreu, malgré l’absence de manuels scolaires.
Sa maison devient le centre du Comité de la Langue hébraïque fondée en 1904. Dès la naissance de
son fils, il ne lui parle que l’hébreu, ce qui fait de l’enfant le premier enfant des Temps modernes à avoir
l’hébreu pour langue maternelle
Malade, il sent que ses jours sont compté, et commence à rassembler, à partir du patrimoine littéraire,
des mots et des expressions hébraïques dans le but de les actualiser et de composer un dictionnaire
d’hébreu moderne ; il se rend en Europe dans les grandes bibliothèques universitaires pour y étudier
les livres et les manuscrits en langue ancienne. Le premier volume de son dictionnaire est publié en
1909.
Eliezer ben Yehuda constate, de son vivant, la progression de l’hébreu parlé et voit l'Administration
mandataire britannique reconnaître la langue hébraïque comme langue officielle en Palestine.
Ben Yehuda meurt en 1922. Des milliers de personnes assistent à son enterrement, et trois jours de
deuil sont décrétés dans le pays.
Sources: Department for Jewish Zionist Education et Esther Benbassa, Dictionnaire de civilisation juive, Larousse-Bordas,
1997.

11:27 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.