19/06/2006

pensée du jour

 
Les jugements péjoratifs que l'on porte souvent sur le compte des pharisiens sont injustes, sinon grossiers, et ne tiennent aucun compte du rôle déterminant qu'ils remplirent dans la vie religieuse du judaïsme et, on peut bien le dire, de l'humanité

09:03 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/06/2006

Un verset biblique

 

I Samuel 16 : 4

Samuel fit ce que l’Eternel avait dit, et il alla à Bethléhem. Les anciens de la ville accoururent effrayés au devant de lui et dire : Ton arrivée annonce-t-elle quelque chose d’heureux ?

Question amusante. Samuel inspirait-il une telle frayeur à ses contemporains ? Il était le dernier juge-prophète, avait été celui qui avait amorcé le changement de régime. Israël avait voulu un roi comme les autres nations… Samuel, avec le consentement de Dieu, avait accédé à leur désir. Nous sommes à un tournant dans l’histoire de la royauté en Israël. Dieu a rejeté Saül et le moment est venu d’oindre un autre roi. Mais Samuel est déchiré entre sa fidélité au roi et sa fidélité à Dieu. Il est prudent, il vient sous un prétexte quelconque à Bethléhem. Mais les anciens de la ville ne sont pas dupes et leur question n’est pas dépourvue de sens. Ce sont des fins renards que ces anciens d’avoir subodoré une manœuvre de la part de Samuel. Mais la grande question était : Ton arrivée annonce-t-elle quelque chose d’heureux ? Samuel en tant que juge aurait pu venir annoncer une nouvelle calamité sur un peuple pas toujours fidèle à Dieu ou une bonne nouvelle ; mais laquelle ? Car les bonnes nouvelles des prophètes ne sont pas toujours une bonne nouvelle pour le peuple ; si elles mettent en danger ce peuple qui préfère rester sagement dans l’anonymat… Est-ce encore une bonne nouvelle ? Face à la bonne nouvelle de la Parole de Dieu, ne risquons-nous pas d’être bouleversés dans nos habitudes ?

 

12:25 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

pensée du jour

 
Ma vie est incompréhensible, hors de toute raison, de toute logique, si on ne la revoit pas continuellement dans son germe, dans sa racine, imprégnée de ce creux que l'adoration a mis en moi

07:53 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/06/2006

pensée du jour

 
Simon Wiesenthal
 
Il n'y a pas de plus grand péché que l'oubli

08:39 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/06/2006

pensée du jour

 
Hannah More
 
L'adoration est la plus sublime fonction des êtres créés

08:16 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/06/2006

Un verset biblique

 

Michée 4 : 10

Fille de Sion, souffre et gémis comme une femme qui accouche !  Car maintenant tu sortiras de la ville et tu habiteras dans les champs, et tu iras jusque Babylone. Là tu seras délivrée ; c’est là que l’Eternel te rachètera de la main de tes ennemis

 

C’est incroyable que le peuple soit obligé de passer par Babylone pour obtenir la délivrance. Nous sommes tellement habitué au discours : « Sortez de Babylone mon peuple »… Et voilà que Dieu va utiliser Babylone comme planche de salut. Décidément, Dieu veut vraiment nous dire : « Vos pensées ne sont pas mes pensées ; et vos voies ne sont pas mes voies ». Et malgré cela l’homme légifère et prétend imposer les lois qu’il fabrique comme étant la volonté de Dieu. Et souvent on couvre de telles manœuvres en disant : « Le Saint-Esprit dirige l’Eglise ». La patience de Dieu,  comme envers le peuple d’Israël est infinie. Mais pour que nous la saisissions réellement, il nous laisse aller par des voies détournées et nous fait passer par Babylone, si c’est cela le seul moyen de nous faire comprendre. Nous pouvons situer géographiquement et historiquement la Babylone par laquelle le peuple d’Israël dû passer. Le tout est de savoir : Où est, pour nous, la moderne Babylone par laquelle Dieu nous fera passer pour briser nos plans et nous amener à suivre sa route ?

11:46 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

pensée du jour

 
Derek Prince
 
Précisons qu'il est tout à fait biblique de crier, de danser ou de frapper dans les mains. La Bible parle de ces formes d'expression en relation avec l'adoration. Mais il est injustifié de prétendre que ces manifestations sont une preuve de liberté spirituelle

08:56 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |