18/09/2006

Pensée du jour

Max LUCADO

Max Lucado 

                                              J’ai appris qu’on ne peut pas donner ce qu’on n’a jamais reçu. Il n’y a pas de nappe aquifère de l’amour ; il n’y a pas de distillerie de la foi en moi ; aussi, j’ai à la recevoir

10:54 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

A méditer

Un jour Jésus gravit une montagne avec Ses disciples.

Ecoutez la suite : "...deux hommes se mirent à s'entretenir avec lui : c'étaient Moïse et Elie... Pierre dit : dressons trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie" (Luc 9.30-33). Pierre était plein de bonnes intentions, mais son idée était absurde ! Il proposait de faire de Moïse et d'Elie les égaux de Jésus.

Mais quand Dieu parla du haut des cieux, Moïse, l'homme de la Loi, Elie, le grand prophète, Pierre le prédicateur puissant, Jacques, le grand apôtre, et Jean l'écrivain de l'Apocalypse étaient tous présents, mais Il ne dit jamais : "Ecoutez-les." Il leur dit : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le !" (Luc 9.35)

Jésus savait parfaitement qui Il était. Quand Ses accusateurs s'écrièrent : "Tu prétends vraiment être le Fils de Dieu ?" Il répliqua : "Tout à fait !" (Paraphrase de Luc 22.70). Il affirma aussi : "Celui qui m'a vu a vu le Père" (Jean 14.9), avant de les rendre fous en disant : "J'ai le pouvoir de donner ma vie et j'ai aussi le pouvoir de la reprendre" (Paraphrase de Jean.10.18).

Vous pouvez traiter Jésus de fou ou l'adorer en tant que Dieu, mais s'il vous plaît, ne dites jamais qu'Il était un personnage historique intéressant !

CS Lewis a écrit : "Un être humain qui aurait dit les mêmes choses que Jésus n'aurait pas été considéré comme un grand philosophe ou un grand moraliste. On l'aurait pris soit pour un fou soit pour le Diable. Vous pouvez Lui cracher au visage, Le tuer ou tomber à Ses pieds pour l'adorer, mais ne venez surtout pas me sortir des banalités condescendantes du genre : c'était un grand moraliste dont l'exemple devrait nous inspirer !"

Car Il est Dieu.

Que pensez-vous donc du Christ ? Est-Il le Seigneur et Maître de votre vie ?

C'est ce qu'Il veut devenir !



Bob Gass

10:22 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2006

A méditer

Felouque le nil

Jérémie 2 : 18

 

Et maintenant, qu’as-tu à faire d’aller en Egypte, Pour boire l’eau du Nil ? Qu’as-tu à faire d’aller en Assyrie, Pour boire l’eau du fleuve ?

 

Je sais que Cyrano aurait dit : « c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ». Mais la vie de croyant de doit pas être parsemée de choses inutiles. Le peuple de Dieu avait connu l’exil dans ces deux pays et certains s’étaient presque installés dans ces pays. L’Egypte avait pourtant réduit ce peuple en esclavage ; l’Assyrie opprima les descendants de ceux qui avaient connu les affres de l’Egypte et pourtant, il y avait des nostalgiques. Boire l’eau du fleuve peut-il désaltérer quelqu’un qui n’a plus de patrie. L’eau du fleuve est une maigre consolation pour l’émigré. Peut-être mangeaient-ils à leur faim, mais ils étaient opprimés. L’épitre aux Hébreux nous déclare que nous sommes étrangers et voyageurs sur cette terre et pourtant nous nous attachons à cette terre où nous ne connaissons souvent que très peu de bonheur par rapport aux tristesses que nous y vivons. Si nous ne sommes pas toujours les victimes de la misère dans nos pays où règne une certaine aisance, nous côtoyons cependant misère et souffrances. C’est pour cela que l’Ecriture nous rappelle que notre espérance est ailleurs. L’auteur de l’Apocalypse, faisant chorus avec les prophètes du premier Testament et avec l’apôtre Pierre, nous dit que nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera. Si tous les fleuves du Moyen Orient n’ont pu désaltérer le peuple de Dieu dans sa souffrance, Dieu nous donnera un jour cette terre promise où la justice habitera

 

22:46 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/09/2006

pensée du jour

Mère Teresa de Calcutta (1910-1997)

 

Mère Teresa

 

Il y a dans le monde plus de faim d'amour et de reconnaissance que de pain

13:05 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/09/2006

pensée du jour

 
La vie comporte beaucoup de bonnes choses, mais si nous marchons avec Jésus-Christ et que nous regardions à ce que Dieu a de mieux ; c'est un niveau plus élevé que "juste bon"

12:17 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2006

A méditer

Le roi Salomon

 

I Rois 10 : 14-15

 

Le poids de l’or qui arrivait à Salomon chaque année était de six cent soixante-six talents d’or, outre ce qu’il retirait des négociants et du trafic des marchands, de tous les rois d’Arabie, et des gouverneurs du pays

 

On a parlé de la sagesse de Salomon, de sa richesse, de ses nombreuses femmes (qui ont provoqué sa perte). Mais il y a dans ce verset quelque chose de très bizarre : la somme de talents d’or 666. – ça ne vous rappelle rien d’autre, amis familiers de l’Ecriture ?

Dans le livre de l’Apocalypse, on cite aussi ce chiffre 666. Au chapitre 13, on nous parle du chiffre de la bête qui est également ce nombre. Etrange… ne trouvez-vous pas ? Dans la Bible, le chiffre 7 est le chiffre de la perfection divine. Le chiffre 6 est mathématiquement      7 – 1 = 6.

Vous allez me dire que je dis là une vérité de la Palisse. Et pourtant : 7 étant la perfection divine 6 est celui de l’imperfection humaine, de l’inachevé. Ce chiffre 6 trois fois répété, n’est-il pas le signe de l’obstination de l’homme de se confier dans son imperfection plutôt que de se tourner vers celui qui fait tout à merveille. Salomon avait bien commencé en remettant sa vie entre les mains de Dieu. Le poids des talents d’or est pour moi un signe indiquant vraiment que Salomon à cette époque avait déjà perdu son assurance et se confiait obstinément en l’homme ; relations diplomatiques et richesses avaient supplanté la confiance totale qu’il avait en Dieu au début de son règne. De la perfection de Dieu il était retombé à l’imperfection humaine. Quelle leçon pour chacun de nous !

 

12:42 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

pensée du jour

Portrait de 1665 tiré de la Herzog-August-Bibliothek

 

Baruch Spinoza

 

La paix n'est pas une absence de guerre : c'est une vertu, un état d'esprit, une disposition à la bienveillance, à la confiance, à la justice

08:57 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |